18 avril 2005

UN TEXTE DE MARIE LABERGE ECRIT POUR rodrigo

J AVAIT PENSEE TE DONNER MON AMITIE, rodrigo, JE T AURAIT OFFERT N IMPORTE KOI POUR ETRE CERTAINE DE TE REVOIR JE T AIME A UN TEL POINT QUE TU NE PEUT IMAGINER CE ME BRULE LA POITRINE CA M ESSOUFLE SANS AVOIR A FAIRE UN GESTE J USQU A MAINTENANT J AI REFUSER DE RENONCER A TOI JE NE L AI MEME PAS ENVISAGER TU M OBSEDAIT ET JE TE LAISSAIT M OBSEDER JE VAIT TE QUITTER MAINTENANT ET JE TE DEMANDE DE NE PAS ESSAYER DE ME VOIR ME PARLER OU M ECRIRE PARCE QUE JE M ACCROCHAIT A N IMPORTE QUELLE BRINDILE DE PRESENCE JE NE SAIS PAS SI JE POURRAI, rodrigo, MAIS JE VAIT ASSEILLEZ DE GUERIR MAIS IL VA FALLOIR QUE TU QUITTE SE PAYS QUE TU SORTE DE MA VU ET DE MON AMES MEME SI TU Y EST GRAVER AVEC UN AIGUILLE SUR MON BRAS LA CICATRICE N AURAS KA GUERIR

Posté par adieuamour à 01:43 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur UN TEXTE DE MARIE LABERGE ECRIT POUR rodrigo

    Perfect !

    Lorsque je vois ce blog, j'ai envie, au choix, de me balancer par la fenêtre, ou de (tout simplement) hacker cette CHOSE qui te sert de blog et qui encombre le web pour... absolument rien.
    Mais je ne ferais ni l'un, ni l'autre.
    D'abord parce qu'il serait couillon de gacher ma belle jeunesse à cause d'une pure merde, ensuite parce que ton blog a été élu le plus pourrie des blogs, alors RESPECT !
    Maintenant tu dois :
    -sortir de chez toi (si tu as un "chez toi")
    -prendre une corde (si tu as les moyens d'en avoir une)
    -tu vas à la station-essence la plus proche.
    -tu accroches une extrémité de la corde à une voiture arrêtée et l'autre à tes pieds.
    -tu attends qu'elle démarre.

    Après cette expérience, tu sauras à quel point la langue française souffre lorsque tu l'utilises.

    Ze black pouliwai,
    grey hat hacker et amateur de bonne littérature.

    Posté par black pouliwai, 09 janvier 2009 à 23:44 | | Répondre
Nouveau commentaire